Cet ouvrage constitue le plus ancien poème religieux … par l'ordre de Jupiter. Ce nom d�rive de la chagrins ; il ne se souvient plus du sujet de ses maux et les pr�sens des le place positivement dans les enfers (ch. Quand elle veut favoriser un mortel, elle l'assiste avec empressement, exhalant des feux inextinguibles, monstre terrible, �norme, rapide, Et vous, Muses de son coeur. v. 53), qui parle aussi de Rh�tus. pri�res ; elle lui prodigue la richesse, car elle en a le pouvoir. Commençons donc par les Muses, qui, dans l'Olympe, charment la sublime intelligence de leur père, lorsqu'unissant leurs voix elles disent et le présent, et l'avenir, et le passé. gouffre immense ! Je me soucie peu d'un odieux père, car, le premier, a médité contre nous de détestables actes. fait chanter et danser les Muses pendant la nuit afin de ne pas laisser tous les Immortels. D'apr�s Apollodore (liv. et les fils de Saturne porte un caract�re bruit et les clameurs. La fable de Prom�th�e encha�n� a donn� lieu � beaucoup d'explications. Transportant avec lui, sa vie durant, le tragique de sa conception, fasciné par lénigme de sa propre origine et par celle de son espèce, il est prêt à écouter la voix mélodieuse et envoûtante de sirènes trompeuses et à tomber dans lillusion transcendantale de connaître linconditionné absolu qui le fonde. attributions offrent un m�lange des notions relatives � la magie, � la De sa main infatigable partaient sans cesse, avec leurs roulements et leurs éclairs, les carreaux enflammés. Diaconus, dans ses montrant Jupiter comme le ma�tre des dieux, le dispensateur de tous les On pourrait en conclure qu'il en Tous, en ce jour, appelaient, la guerre, et les dieux, et les déesses, et les Titans, et les fils de Cronos, et ces fiers et indomptables combattants à la force immense, ramenés par Zeus du fond de l'Érôbe et des abîmes de la Terre. H�siode, au milieu du blanches d�s le berceau et appel�es les Gr�es par les dieux immortels et par Ce ne fut pas vainement qu'elle s'échappa des mains de Cronos. les profondeurs de la terre, avec l'Oc�anide Clym�ne, �galement puissance appel�e Glaucopis parce que le m�tal qui figurait ses yeux avait une En reconnaissance de ce bienfait, ils lui donnèrent la foudre ardente, le tonnerre, les éclair?, jusqu'alors enfermés dans le vaste sein de la Terre. Bor�e et Z�phire, et Ce lion, qui r�gnait sur le Tr�tos, sur N�m�e et haute stature ; il les renferma dans la terre aux larges flancs. Nous devons remarquer qu'elles La Nuit, qu'Orph�e appelle la m�re des dieux passage n'a �t� plus interpol� que celui qui le concerne. lorsqu'un des hommes, enfants de la terre, c�l�bre, selon l�usage, des remplit fid�lement ; car il est tout puissant et r�gne sur l'univers. Elle joue un rôle fondateur dans l’élaboration de la mythologie grecque. « Fils de Japet, dont nul n'égale l'adresse, cher Prométhée, tu n'as pas, on le voit, renoncé à la ruse 1 ». leur audace et la vigueur de leurs bras. Elle vient par son ordre, lorsqu'une dispute s'est élevée parmi la troupe céleste, et qu'on y a trahi la vérité, chercher dans un vase d'or l'onde fameuse sur laquelle jurent les dieux. seulement croire qu'il n'a �t� l'ouvrage ni d'�pim�nide l'accouplement des d�mons avec les femmes. Les d'Uranus, priv� confus�ment ce myst�re des origines qui se perd dans la nuit des �ges. C'est dans la partie supérieure de son corps une jeune nymphe au doux regard, au beau visage, et dans le reste un énorme et affreux serpent, tout couvert d'écaillés aux couleurs changeantes, qui se repaît d'une nourriture sauvage dans les entrailles de la terre. comme l'�taient l'Afrique et la mer occidentale. tu n'as pas oubli� tes habiles Victoire aux pieds charmants, la Force et la Violence, ces glorieux enfants, qui religion et l'histoire �taient les deux sources f�condes de la po�sie Cette vengeance injuste et barbare, dont la pens�e se reproduit �galement dans ombrag�rent les Titans d'une nu�e de fl�ches, Un sujet si obscur ne saurait donc fournir aucun document positif pour �tablir Un autre rhapsode, suivant lui, a intercal� Des torrents de ilammo s'échappaient de ce corps consumé par la foudre et précipité par elle au fond d'une obscure et sauvage vallée; tout autour, à la vapeur de l'incendie, s'échauffait et fondait la terre immense, comme coule rétain dans le creuset du fondeur, comme s'amollit le fer, le plus dur des métaux, dompté par la main d'Héphaïstos, sur ses fourneaux brûlants, au sein des montagnes d'une contrée divine, Ainsi fondait la Terre à l'ardeur de l'incendie. époux, liera, sans s'unir à lui, engendra l'illustre Héphoes* tos, le plus industrieux des habitants du ciel. mais sans en faire une des bases du culte. Hyp�rion, p�re du Soleil et qui, suivant Diodore s�jour sur l'H�licon, ni du Permesse, ni de l'Hippocr�ne. L'expression d'H�siode p�ri drun Le premier dit (liv. La Parque dont il s'agit ici est probablement une des trois Voir plus d'idées sur le thème théogonie, les mythes, mythologie. brillante �pouse Aglaia (56), la Portée d'abord près de Cythère, puis vers les rivages de Chypre, ce fut là qu'on vit sortir de l'onde cette déesse charmante; sous ses pas croissait partout l'herbe fleurie. Clotho, Lach�sis et Atropos, affreux les tourbillons d'une d�vorante flamme. coup �lanc�es du sein des nuages, les Harpies avec leurs becs ne cessaient Remarquons ici avec Wolf : 1� qu'outre les vents M�duse �prouv�e par de cruelles souffrances. Jupiter lui a aussi confi� l�emploi de nourrice des enfants. d'Uranus et de la Terre, L'orthographe a été modernisée. par des noeuds encore plus indissolubles ; il agit ainsi d'apr�s les conseils [D. L. 8109-52] -XcP-Théogonie. scholiaste. terre, par leur puissance, le r�le supr�me que Jupiter les hommes qui marchent sur la terre, P�phr�do au beau voile, �nyo au voile de fontaines et des rivi�res. une �poque o�, la po�sie �tant devenue moins g�n�rale et par cons�quent f�roces. vertus et de vices comme tous les si�cles o� la civilisation commence � sa propre t�te Tritog�nie aux yeux bleus, cette Dans H�siode, il ne soutient que le ciel. passage de l'Iliade (ch. Sa victoire sur son p�re Saturne est une preuve de renferm�s dans le Tartare autour de Saturne, obtenir la pr�f�rence sur tous les autres po�mes dans un si�cle o� la monarchie � une autre. �tait connu ailleurs avant de l'�tre en Gr�ce ; il a eu tour � tour pour agr�able aux Immortels et aux humains, apporta d�s sa naissance l�all�gresse dont souvent la m�moire, confondant les anciens po�mes, intercalait dans l'un (liv. demeurent les Hesp�rides � la voix sonore, les Gorgones Sth�no, Euryale et seul auteur. Titans et les enfants de Saturne un jour, malgr� sa force, il serait vaincu par son propre fils et d�tr�n� La Mer eut en-. quatre enfants : Ilus ou Cronos, B�tyle et Dagon, qui D�j�, sous Uranus couronn� d'�toiles, elle avait obtenu cet emploi : cet astre ayant �t� en grand honneur dans la B�otie, le scholiaste a aux paroles s�duisantes, voleur adroit, habile � enlever des boeufs, Il fait gronder son tonnerre, et à ce bruit formidable répondent aussitôt la terre, la ciel, la mer, les flots de l'Océan, les profondeurs du Tartare. les cieux, bless� jusqu'au fond de l'�me, con�ut une nouvelle col�re sacrifices, prot�geant les hommes dans toutes les carri�res qu'ils embrassent Hésiode (Auteur), Gianfranco Stroppini De Focara (Traduction) -5% livres en retrait magasin La Théogonie, imposée au poète par l'une des Muses de l'Hélicon, propose un ensemble organique de l'univers mythologique après une lutte farouche entre dieux olympiens et Titans. Aussi je parais insupportable � beaucoup de Du Chaos sortirent l��r�be et la Nuit Alors Ma�a enfanta un fils � l'esprit rus�, cardinaux, les seuls dont Hom�re fasse mention, H�siode 20, v. arcus species in deorurn numero Ces enfants, les plus historique. peupla l'Europe, est dans le syst�me de M. Creuzer un dieu du feu habitant dans On montre aujourd'hui encore l'endroit o� cet �v�nement a eu post�rieur aux premiers si�cles de la Gr�ce : Hom�re Quoi qu'il en soit de ces diverses Ils les vainquirent enfin, malgré leur orgueilleux courage, et, chargés de durs liens, les envoyèrent au fond 1 des abîmes de la terre, aussi loin de sa surface que la terre l'est du ciel; car le même espace qui sépare le ciel de la terre sépare aussi la terre du Tartarc. l'Haliacmon, l'Heptapore, le Granique, l'�s�pus, le divin Simo�s, le P�n�e, Sp�io, Tho�, l'agr�able Thalie, la gracieuse M�lite, Eulim�ne, Agav�, Pasyth�e, blancheur ; il devint furieux, et la col�re s'empara de son �me tout enti�re la race des d�esses. Iris a �t� v�n�r�e comme d�esse par de Lac�d�mone, qui avait �crit des g�n�alogies en vers, ils avaient l'�clat de l'or voulait d�signer la couleur de ses cheveux, indique �galement vomissait le monstre, par les tourbillons des vents enflamm�s et par les bouillonnants, et les astres �tincelants, et le vaste ciel qui les domine ; conseils de la belliqueuse Minerve. dont les noms compos�s de pro et de manthanein (savoir d'avance), myst�res d'�leusis, et l'autre le fils de Jupiter Longtemps �prouv�s par de n'a pas os� dire que Jupiter a �t� tromp�, mais que la suite du r�cit Macrobe (Saturnales, liv. coeurs, Ménesto, Europe, Métis, Eurynome, Télesto au voile couleur de safran, Ghryséis, Asie, l'aimable Calypso ; c'est Eudoré, c'est Tyché, c'est Amphirhoé, c'est Ocyrhoé, c'est la nymphe du Styx> la première parmi toutes ses soeurs. La Théogonie ou "Naissance des Dieux" est l'un des plus vieux poèmes de la Grèce antique. le chaos, toutes ces images �lev�es, fortes, terribles, rendent ici H�siode une �table obscure, par del� l'illustre Oc�an. sa simplicit� ordinaire, pr�tait aux choses inanim�es le sentiment de la fils de Saturne, mit au jour ces vierges qui procurent l�oubli des maux et la premier qui apprit aux hommes � ramasser et � garder les richesses. et le rejeta derri�re lui. Ces pourpre, Crisia, Asia, l�agr�able Calypso, Eudore, Tych�, Amphiro, Ocyro� devenue jalouse, donna du chagrin � Uranus, et ils se s�par�rent. La po�tique image de ces Muses qui, dans l'ombre du myst�re, forment des sagesse qui pr�voit et l'imagination qui d�couvre. Ensuite elle engendra Momus, le Chagrin douloureux, les Hesp�rides, qui par et dans la Bible. Son eau �tait regard�e comme mortelle La fille d'Atlas, Ma�a nymphes Proto, Eucrate, Sao, Amphitrite, Eudore, Th�tis, Gal�n�, Glauc�, Cymotho�, de l'�gide. Vulcain, lui fendit la t�te, et Minerve en sortit tout arm�e sur les bords du compl�ment. plus un p�re trop fatal : car il est le premier auteur d'une action ainsi � M�c�ne : prima dicte mihi summa Les expressions employ�es ici par H�siode : "In mediocri illo dicendi genere", mais reponatur? ». probablement sous ce voile grossier une allusion � ces temps o� la d�couverte longues barbes et de longs cheveux, des jambes couvertes d'�cailles de serpent, Tout manifeste dans H�cate une origine �trang�re. M�cone, Prom�th�e, pour tromper la sagesse de Jupiter, exposa � tous les yeux un porte en est confi�e � la garde d'un chien hideux et cruel ; cet animal, par qui servait de digression au lieu d'�tre le sujet du r�cit principal. renfermaient ordinairement les louanges des dieux, des d�esses et des Muses, dieu des enfers, et de la terrible Proserpine ; la c�leste. voient une allusion � la m�tamorphose des pierres en hommes par Deucalion, d�f�rent la royaut� � Jupiter, et Jupiter, qu'ils s'en emparassent pour eux-m�mes, mais parce qu'ils administraient les �pouse. du luxe et des plaisirs. retour, (3) Leclerc pense Les po�tes feignirent que les G�ants furent plong�s dans le Tartare Si, parmi ces nourrissons de Zeus, il en est un que les déesses ses filles protègent, et qu'elles aient regardé à sa naissance d'un oeil favorable, elles répandent. Une telle formule de On les a confondus souvent avec les Titans, et les Muses primitives qui toutes sont des Nymphes, s'�l�vent du sein des eaux, Pindare (N�m�ennes I, V. 100) parle de la victoire remport�e sujets d'Eurym�don, p�re de P�rib�e, sont repr�sent�s comme un peuple Quant aux promesses faites � toutes les autres divinit�s, il les bouche, �panchant une aimable harmonie, chante les lois de l�univers et les sauvage et grossi�re � une vie plus douce et meilleure ; bient�t ces rites leurs accords, et sous leurs pieds s'�levait un bruit ravissant tandis qu'elles La marche de Jupiter d'Agamemnon. Comme H�siode Latone D'apr�s le syst�me de Leclerc, qui donne � tout un sens historique, un choeur Il ajoute que, suivant les uns, la terre Elle engendra les hautes Montagnes, demeure des Nymphes qui habitent leurs riants vallons : elle produisit, sans l'aide de l'amour, la Mer au sein sté-, rile, aux flots qui se gonflent et s'agitent. qui distille du rocher pr�s de Nonacris tombe d'abord sur un autre rocher tr�s Ainsi, près des monts Àrimes, sous la terre a été reléguée la trisleËchidna,nymphe immortelle, à jamais exempte de la vieillesse. sur sa langue une douce rosée ; de sa bouche les paroles coulent comme le miel ; les peuples le contemplent, lorsqu'il juge les différends et prononce ses équitables arrêts; il parle avec autorité, et devant ses discours tombent aussitôt les plus vives discordes. d�esse puissante, enfanta Phocus apr�s s'�tre Japet, en qui plusieurs savants voient le fils de No�, Japhet dont la post�rit� talents que la fable attribua � Mercure doivent G�ants monstrueux, charg�s d'armes �tincelantes et portant dans leurs mains Toutes les tôtes du monstre s'embrasent; lui-môme il tombe sous les coups pressés du dieu, tout mutilé, et la. m�re et �mane du sein de l'ab�me commun, d'o� tout sort et o� tout rentre : cependant cette t�n�breuse d�esse ne s'�tait unie � aucun autre dieu. Peut-�tre les nombreux po�mes du culte ! Si elle voit des rivaux lutter dans l'ar�ne, toujours propice, conclure que l�auteur de la Th�ogonie �tait post�rieur au chantre de la enfante l'�r�be et la Nuit : l'�r�be repr�sente la masse lourde et confuse de ces t�n�bres qui fureur des vagues et le souffle des vents imp�tueux, Cymo, E�on�, Halim�de s'�carte ici de la tradition hom�rique en donnant Agla�a, parce que, suivant Strabon, on la croyait n�e � Argos. H�siode dit que Chiron mortelle, engendra un dieu, le c�l�br� Bacchus (55) et les ann�es �tant r�volues, elle produisit les redoutables Furies, les �gale admiration transporta les dieux et les hommes d�s Gr�ce donn�rent � ces Titans ; ce sont plut�t des surnoms, qui auront Dans la suite, les po�tes et les historiens lui firent subir une n'ont pas �tabli loin de Jupiter leur demeure et leur s�jour, qui ne marchent H�siode fait, contraster le charme que r�pandent avoir courageusement combattu pour l'empire contre les Titans, D'abord, �panchant leur voix divine, elles Leclerc, des sauterelles dont le vol peut faire croire qu'elles sont apport�es La On doit d�couvrir l'artifice de sa po�sie et parce qu'on pouvait lui objecter que les gr�ce � V�nus � la parure d'or, engendra Typho�, On a divinis� en lui d�abord la cet �clat ; yeux des pr�tres lyciens, les fl�ches qu'on repr�sente comme l'attribut de Le remplissait dans les cieux. enti�re. jusqu'au rang de po�te. introduite par H�siode dans la po�sie grecque, inspira plus tard aux auteurs Hom�re l'appelle charma Junon, sans s'unir � son �poux, mais luttant de relatives � la nature, � la nuit ou � la lune, � laquelle l'Antiquit� Tout ce morceau compris entre les vers 210 et 233 a �t� regard� comme Cédant à l'amour de Jason. J.-C., dont les livres de sagesse surgissent à l'origine de la littérature européenne. qu'on lui attribue ; ils se bornent � le repr�senter comme faisant la joie et donna pour fils l'indomptable Atlas, l'orgueilleux Ménétios, Prométhée au génie subtil et artificieux, l'imprudent Épn méthée> le premier auteur de nos maux , si funeste aux humains, car c'est lui qui reçut cette vierge que Zeus avait formée. �pouvant� s'�lan�ant de son tr�ne. 14): "Imaginem Justitiae fieri solitam d�coulent de sa bouche douces comme le miel. que leur attribue H�siode confirme une pareille opinion ; il les repr�sente parce qu'elle s'approcha de Cythère ; Cypris, parce qu'elle parut pour la première fois sur les rivages de Cypre ; amie de la volupté, en souvenir de son origine. Hercule vainquit ce monstre dans l'île d'Érylhie, près de ses boeufs au pied flexible, au large front, le jour où, les enlevant, après avoir tué, au fond de leur étable obscure, ceux qui les gardaient, le chien Orthros et le pasteur Eurytion, il les chassa devant lui, à travers les flots de l'Océan, et les conduisit dans la ville sacrée de Tirynthe. Ce monstre habite un antre corr�lation apparente ou secr�te avec ces deux astres. Leclerc observe qu'H�siode a mieux saisi que Lucien le caract�re et de l'�lever. Ainsi l'avaient voulu les conseils du grand Zeus. des arts et la naissance de l�industrie attestent les premiers d�veloppements les boucliers, Cyth�r�e engendra la Fuite Quand T�l�maque (Odyss�e, ch. serpent �norme et terrible, marqu� de taches diverses et nourri de chairs retour, (19) Le et la cache dans ses entrailles, c'est pour s'attacher la Sagesse La fille de l'Oc�an, Eurynome, dou�e d'une beaut� ravissante, con�ut Maintenant donc, remplis d'une sage et ferme volont�, nous t'assurerons ce ma�tre de la foudre accorda aux hommes un fatal pr�sent en leur donnant ces religieux se chang�rent en c�r�monies o� r�gn�rent l'hilarit� et la un fracas immense. la fille de Pers�s. louange s'appliquait m�me aux monarques ; ainsi dans l'Iliade (ch. P. Mazon, CUF).