La vérification e-mail a échoué, veuillez réessayer. Pure cinematic delight. Qu’est-ce qu’elle pouvait bien lui trouver? Lost Highway is a convenient starting place for analyzing Lynch, as it initiates what a friend of mine aptly titles the “Hollywood trilogy,” comprising Lost Highway, Mulholland Drive and Inland Empire. L’adolescence est porteuse de frustrations, comme par exemple le sentiment de ne pas être assez bien pour l’autre. Un des plans les plus flippants de cette scène montre ainsi les seins de la jeune femme bouger au ralenti sous les coups de reins de Fred. Dans la première, nous suivons le saxophoniste Fred Madison (Bill Pullman) et sa femme Renee (Patricia Arquette brune) dans leur grande maison de L.A., vide et dépourvue d’âme, à l’image de leur relation. On sent à chaque instant que l’obscurité abrite maints démons et dangers invisibles et en cela, Ce mode de fonctionnement fait écho à celui du vampire, qui ne peut entrer dans une demeure habitée qu’après y avoir été invité. ↑1: Des cinéastes tels que Darren Aronofsky ou Christopher Nolan revendiquent encore aujourd’hui l’influence de Satoshi Kon. Il ne reste que la route sans fin vers l’ombre. Il s’agit d’un exemple assez frappant de film noir contemporain. Ce mode de fonctionnement fait écho à celui du vampire, qui ne peut entrer dans une demeure habitée qu’après y avoir été invité. Dans la plupart des films contemporains, soit le dédoublement ou la métamorphose est surnaturelle, soit elle est pathologique, donc schizophrénique. De retour à sa routine habituelle, il rencontre la sublime Alice (Patricia Arquette blonde) qui n’est autre que la petite-amie du mafieux Mr Eddy (Robert Loggia), client régulier du garage. Peut-être même coranique. Pour le lui prouver, il invite Fred à l’appeler. Elle veut à tout prix quitter le métier et s’enfuir avec Pete. Fred interroge l’homme étrange qui s’énerve : Alice who? » Le paradoxe du vampire étant bien entendu le baiser, qui se fait morsure, illustrant de manière particulièrement parlante cette expression familière : « le baiser de la mort ». Le lendemain matin, les époux reçoivent une cassette VHS. Le règlement du concours Ce concours est clôturé. [Concours] Gagnez 3 BD “La Jeunesse de Mickey” de Tébo, [Concours] Gagnez 1 exemplaire de Born to Run, l’autobiographie de Bruce Springsteen, La nouvelle pièce du romancier David Foenkinos Est-il…, Désir et amour au féminin Tandis que ses…, [Théâtre] L’Empreinte : des festivités folles pour son inauguration, [Théâtre] L’Empreinte : une Scène Nationale prometteuse en Corrèze, [Spectacle] Boys Band Forever : une “presque comédie musicale” amusante, [Danse] L’hypothèse de la chute : Les uns contre les autres, Plein cadre sur une exposition-événement Un an après…, Une exposition unique réunissant les clichés de grands…, [Exposition] Les folles rencontres de l’Hôtel de Crillon : Poupées de cire, [Expo] Serge Gainsbourg, 5 bis rue de Verneuil : des clichés rares, [Exposition] Cyclops : l’écologie sous un aspect ludique, La rencontre entre une série animée culte et…, [Interview] 5 questions à Natacha Campana de L’Écran Pop. Fred et Renée (Patricia Arquette) alertent aussitôt la police. brune) dans leur grande maison de L.A., vide et dépourvue d’âme, à l’image de leur relation. Penchons-nous sur la manière dont David Lynch approche le dédoublement littéral de ses personnages. Fred est un joueur de saxophone qui a assassiné sa femme. Le mec avec une barbe, une mobe et un cuir. Jusqu’à une nuit fatidique où un événement horrible dont il n’a aucun souvenir se produit… Il est retrouvé enfermé dans une cellule du couloir de la mort à la place d’un certain Fred Madison, condamné pour le meurtre de sa femme. Les longs couloirs vides de la maison des Madison deviennent de mortels labyrinthes sous la caméra de. Sa mémoire est sélective. L’histoire se finit forcément mal. ), elle a le geste ô combien cruel de lui donner une petite tape dans le dos en guise de consolation, tout en murmurant: “it’s ok, it’s ok” (“c’est pas grave”). Fred se rend alors au Lost Highway Hotel où Mr Eddy et Renée font l’amour. provoquant ainsi un sentiment d’effroi puisque nous ne pouvons accepter d’avoir été leurrés et de nous retrouver à une place que personne ne souhaite occuper. Le jour où cette fille s’intéresse à nous, on ne sait par quel mystère, les ailes se mettent à pousser. Si dans le cas de Lost Highway, l’apport du mélodrame est absent et que les sentiments de Renee/Alice demeurent flous, leurs corps sont néanmoins soumis à ce déchirement. Il se terre alors dans un autre lieu imaginaire. Du 5…, [Critique] PIFFF 2017 : Golem, le tueur de Londres, Le règlement du concours Ce concours est clôturé.…, Concours clôturé. Il éjacule trop vite et Renée lui donne une petite tape dans le dos. [Analyse] Twin Peaks, saison 3 : Un impossible réveil ? Based on clues throughout the film, you can piece this together: 1) Some time prior to the events in Lost Highway, Renee is befriended by Andy, a rock band manager, as illustrated by these lines of dialogue, uttered first by Renee, and then later on by Alice: So how'd you meet that asshole Andy, anyways? The Lost Highway Documentary Film. Si l’Homme Mystère n’est pas un vampire au sens premier du terme, il en a le teint blafard et les pouvoirs, comme le remarquait déjà Guy Astic dans le livret Lost Highway en instantanés : celui d’apparaître et disparaître à l’envie. Lorsque le couple découvre des cassettes vidéos montrant leur maison, la tension grimpe. Quelqu’un peut s’introduire chez eux et leur fait savoir. Après son envolée dans les contrées de Twin Peaks, David Lynch nous revient avec une histoire schizophrénique matinée de film noir. I've seen it twice, hoping to make sense of it. Du roman Dracula de Bram Stocker aux films mettant en scène des variations de ce même personnage en passant par les diverses œuvres littéraires, cinématographiques ou encore télévisuelles qui n’ont eu de cesse de reprendre et réactualiser cette figure, le vampire est presque toujours montré, à des degrés plus ou moins élevés, en relation avec la sexualité : séducteur ténébreux au regard pénétrant, il exerce une fascination quasi-mystique auprès du sexe opposé, voire auprès de son propre sexe.Son apparence séduisante, associé au fait qu’il arbore un visage humain, en fait un prédateur féroce car trompeur qui piège aisément ses victimes et ne leur révèle son véritable visage qu’au moment ultime, lorsque celles-ci sont déjà offertes, dans ses bras. Cependant, cette théorie placerait le spectateur du côté de la raison, réservant à Fred Madison la place du fou. Lost Highway. Ainsi, faisant réapparaître Fred Madison de manière impromptue alors que celui-ci avait été remplacé par un autre acteur et un autre personnage plus jeune depuis plus d’une heure, le retournement quasi-final de Lost Highway, semblait favoriser la théorie de la schizophrénie pathologique du personnage, dont nous avons assisté au délire et qui aurait préféré fuir la réalité sordide du meurtre de sa femme grâce au fantasme, ce dernier ne résistant pas à la paranoïa du héros qui change le rêve en cauchemar, le voile de l’illusion se déchirant finalement, révélant la supercherie au spectateur et au héros, incapable de l’admettre. De ces scènes coupées, seuls quelques plans de la crise de Fred ont été conservés pour la séquence de la métamorphose. Lost Highway est ainsi une oeuvre en forme de ruban de Moëbius, une boucle temporelle infernale qui enferme son héros dans un purgatoire sans fin. Derrière des paroles (trop) polies, la tension est palpable entre les deux époux. Le mal est fait. Lost Highway et Mulholland Drive n'étant que les restes (flamboyants mais moins puissants) de cette folie créatrice tétanisante. Lost Highway, c’est un enfer. Au bout de la nuit, elles nous conduisent toujours vers notre réponse. » C’est-à-dire qu’il prétend s’arrêter à la clôture qui sépare de manière rassurante le monde extérieur menaçant du nôtre. Pour David Lynch, elle est également un être qui souffre, déchiré. Le Doliprane ne lui est d’aucun secours, c’est trop tard. L’histoire se déroule principalement autour d’Henry Spencer, personnage principal évoluant entre un univers onirique et une série de décors industriels glauques et sinistres. You invited me. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées. Un peu comme on s’est tous fait des films sur la plus belle fille de la classe au collège, celle qui sortait avec un mec plus vieux du lycée. Lost Highway is a treasure. [Critique] High As Hope : Florence + the Machine enfin en paix ? C’est pour cela que Lynch rassemble autour de son oeuvre autant d’admirateurs inconditionnels. Pingback: Poupoupidou (Gérald Hustache-Mathieu, 2011), la Marilyn de Mouthe | Ouvre les yeux, Pingback: Blue Velvet (David Lynch, 1986), enquêter sur le monde | Ouvre les yeux, Pingback: Emprise de Bill Paxton (2001) : critique du film | Culturellement Vôtre, Pingback: [Critique – PIFFF 2016] David Lynch: The Art Life – Jon Nguyen, Rick Barnes & Olivia Neergaard-Holm, Pingback: [Critique] Parmi les vivants — Charlotte Farison, Pingback: [Analyse] Les femmes fatales de Blue Velvet, Pingback: [Analyse] Blue Velvet, enquêter sur le monde | Culturellement Vôtre. Que cette perception du personnage à l’égard de sa femme soit erronnée ou non importe peu. L’ingénuité feinte de la jeune femme, distante, n’arrange pas les choses. Il peut se passer des jours, des semaines voire des années avant que la peine ne soit exécutée. Il faut avant toute chose se rappeler que ce qu'on appelle narration comporte trois aspects différents : l'histoire proprement dite (le contenu), la forme que prend l'expression de cette histoire, et l'acte de la raconter. Lorsque celui-ci jouit (un peu trop tôt? Les jeunes investissent les  boites…. Figure centrale du film bien qu’il n’apparaisse que quelques minutes à l’écran, l’Homme Mystère est ainsi essentiel à la compréhension de. Il est dans sa tête, à bord d’une voiture qui roule très vite sur une autoroute sans fin. Elles sont longues et rectilignes, peut-être même infinies. Pete est le chouchou de Mr Eddy. En plus, elle représente l’impossibilité puisqu’elle n’est techniquement pas libre. Ainsi les interprétations mystiques faisant intervenir le Diable ont une certaine validité. Comme dans Mulholland Drive, le film est dépourvu de twist over et ne cherche à aucun moment à recoller les morceaux pour le spectateur. [Critique] Soul : Un nouveau chef d’œuvre pour Pixar ? It’s actually very “simple”: just a few moments before the electric chair, prey to his deep uxoricidal guilt Fred escapes within himself (in an extreme post-traumatic and memory-removing inner dissociative fugue) only to get retroactively trapped inside the person who killed Dick Laurent (symbol of his own lost virility as seen early in the movie) and who had an affair with his own wife … Si dans le cas de. 289-290),  écrivait encore le philosophe. En moins bien. [Sorties] Un personnage de taille débarque au Musée Grévin ! », dit-il, ce qui place le personnage dans la position à la fois de metteur en scène préférant l’illusion à la réalité mais aussi de représentant du spectateur préférant lui aussi l’illusion à la simple image isolée, enregistrée objectivement. A  quelques minutes de la fin du long-métrage, il efface l’image à mesure qu’il filme, poursuivant tranquillement par l’objectif de son caméscope Fred Madison fuyant le lieu de ses crimes. Culturellement Vôtre et…, [Concours – Programmes jeunesse] Gagnez 5 DVD de Calimero – La fête d’anniversaire, Un album court qui nous fait voyager loin…. En preuve de bonne foi, il propose à Fred de téléphoner chez lui pour le lui prouver. Il profite d’avoir cinq minutes de pause pendant son concert pour l’appeler. Retrouvez toutes les dernières critiques sur le film Lost Highway, réalisé par David Lynch avec Bill Pullman, Patricia Arquette, Balthazar Getty. Suivez ce blog et soyez notifié par email. C’est le cas de Fred qui a été Pete et qui se retrouve aujourd’hui hanté par les angoisses du passé. Pete ne cesse de répéter à Alice qu’il la veut. Néant. Les cassettes se succèdent au fil des jours, les films allant chaque fois plus loin, jusqu’à pénétrer leur chambre et montrant les époux endormis dans leur lit. Jouant encore une fois sur la réalité et sur la perception que l´on en a, travaillant sur ses personnages et les doubles qu´ils traînent derrière eux, le filmeur-mateur pousse le spectateur à se retrancher […] Il se lance à recherche d’Alice. Le livre de coloriage – Martin Handford, [Critique] Mission Cosmos — Zelda Turner & Ben Newman, [Critique] La méthode Bullet Journal — Ryder Carroll, [Critique] La puissance du féminin — Camille Sfez, [Critique] We: Women Everywhere — Gillian Anderson & Jennifer Nadel, [Critique] Alien, le 8ème voisin – Joey Spiotto, [Critique] Mon voisin est un gros naze – Laurent Storck et Silvia Kahn, [Critique] J’adore la mode mais c’est tout ce que je déteste — Loïc Prigent, [Critique] Bullet Time : un agenda ludique pour mieux s’organiser, [Focus – Presse] Rockyrama n°10, février 2016 : Bienvenue à Twin Peaks, [Critique] Games History 4 : Histoire du jeu de plates-formes, [Critique] Star 90 Mag – “Mademoiselle Navie” et “SML”, [Concours] Remportez 2×1 exemplaire du roman fantasy “Le septième guerrier-mage”, [Concours] Remportez 1 exemplaire du livre de cuisine Star Wars Cantina, [Concours] Remportez 1 lot de 2 livres sur la gastronomie chinoise. Surtout pour le mécanicien que normalement personne ne regarde. L'article n'a pas été envoyé - Vérifiez vos adresses e-mail ! Il est intéressant de noter au passage que David Lynch a épuré le scénario original, co-écrit en compagnie de Barry Gifford, afin de rendre le récit plus suggestif. [Test – Blu-ray 4K Ultra HD] Game of Thrones : Saison 8 – Warner Bros France, [Test – Blu-ray] Game of Thrones: Saison 8 – Warner Bros France, [Test – Blu-ray] Watchmen : Saison 1 – Warner Bros France, [Programme Jeunesse] Raven : la medium est de retour sur Disney Channel, [Programme Jeunesse] La Bande à Picsou, le reboot : épisode 1, critique, [Programme Jeunesse] Like Me – La fête interdite : Pour la génération YouTube, [Interview] Pascale Goufan, réalisatrice de la web-série Extérieur Nuit, [Vu sur le web – YouTubeurs] NiNe, booktubeuse, [Web] X-Files : David Duchovny et Gillian Anderson chez Jimmy Kimmel, [Vu sur le Web – YouTubeurs] Le Fossoyeurs de Films, critique cinéma complètement barré, [Concours – Programmes jeunesse] Gagnez 2 x 2 DVD de Mini Ninjas, [Concours – Programmes jeunesse] Gagnez 2 DVD de Franklin et ses Amis – Les Super Détectives, [Concours] Outlander : gagnez 1 coffret BR collector et 1 intégrale DVD, [Critique] Further : Richard Hawley livre un album classique et efficace, [Critique] California Son : Morrissey revient avec des reprises solaires, [Playlist] Elvis Presley : 10 titres méconnus à (re)découvrir, [Single] Taylor Swift : “Look What You Made Me Do”, un titre vengeur, [Preview] Sex Witch : le nouveau projet psychédélique de Natasha Khan, Lana Del Rey nous donne un avant-goût de son album Honeymoon, [Preview] Tori Amos revient à Mère Nature sur Native Invader, Bob Dylan révèle le clip interactif de Like a Rolling Stone, [Clip] “Look What You Made Me Do” : Taylor Swift se démultiplie, [Critique & Analyse] Tori Amos : Boys for Pele (1996), [Analyse ] Lana Del Rey : “National Anthem”, Camelot sous l’ère Obama, [Concert] Distant World Music From Final Fantasy : notre compte-rendu, [Test] Empire Of Sin : la mafia presque comme si vous y étiez, [Test] Bakugan Champions Of Vestroia : pour les fans de la licence, [Test – High-Tech] EMTEC Wifi HDD P600 : un périphérique de stockage pratique, [High-Tech – Test] EMTEC Speedin’ 256 Go : rapide et excellent rapport qualité-prix, [High-Tech] Facilotab : pour que les seniors suivent le mouvement, [Test – Jeu de société] Crazy Time : Le temps suspend son cours, [Test – Jeu de société] Punto : Un mini-jeu d’ambiance futé, [Test] Ludum : Une enthousiasmante box de jeux de société, [Critique] La Fabrique des corps, Des premières prothèses à l’humain augmenté, [Critique] Encyclopédie visuelle de la vie préhistorique, [Critique] Ca fume en cuisine — Snoop Dogg & Ryan Ford, [Critique] Nopi — Yotam Ottolenghi & Ramael Scully, [Critique] Les recettes des films du studio Ghibli – Minh-Tri Vo, [Critique] Le Seigneur des Anneaux, Une aventure philosophique, [Critique] Camille contre Claudel — Hélène Zidi, [Critique] La rivière du crépuscule – Lee Gil-won, [Critique] La femme silencieuse — Monique Esther Rotenberg, [Analyse] Lost Highway, un purgatoire d’images, [Analyse] Territoire réel d’un monde virtuel, dans Le Temps désarticulé, [Analyse] Autisme et schizophrénie dans Glissement de temps sur Mars, [Analyse] Simulacres et miracles dans le roman Blade Runner, [Critique] Les chroniques de Kelton, tome 1 – Jack Heath, [Critique] Cassidy Blake, Livre 2 – Victoria Schwab, [Critique] Escape Book : prisonnier de l’Overworld – Irving Le Hen, [Critique] Où est Charlie ? "Lost Highway", on s'en aperçoit très vite, brouille les pistes temporelles sans doute plus encore que le film français, mais avec une démarche fort différente. [Critique] 2000 WTF – Act IV : un opus bourré d’énergie, [Critique] Rest : Charlotte Gainsbourg s’affirme et bouleverse, [Critique] Miley Cyrus : Younger Now, retour à Dixieland, Thank God it's Christmas! Le problème quand on est sur la route toute la sainte journée, c’est qu’on ne voit pas le doute en l’autre s’immiscer.Le vrai problème surtout c’est qu’on s’ennuie ferme. FICHE TECHNIQUE. Cependant, d’un point de vue esthétique, plusieurs passages de Lost Highway suggèrent la peine capitale, dont la toute fin du film, où Fred a le visage déformé par des spasmes qui sont comme autant de décharges électriques accompagnées de flash lumineux. Impossible de partager les articles de votre blog par e-mail. Lost Highway est (peut-être) l'histoire d'un assassin schizophrène. Lorsque Fred rencontre celui-ci pour la première fois lors de la fête chez Andy, l’étrange personnage lui révèle qu’ils se sont déjà rencontrés et qu’il se trouve en ce moment-même chez lui. J'ai toujours été intéressé par la jalousie car elle m'habite très peu, en partie parce que je reste convaincu qu'une grande partie du mal terrestre est issu de la jalousie. Ainsi, le script comportait plusieures scènes où l’on apprenait que Fred avait été condamné à mort pour le meurtre de Renee. Il ne le sait pas encore. présentation; politique de confidentialit ... Je ne trouve à cela aucune explication rationnelle. Les champs obligatoires sont indiqués avec *, Dans la première, nous suivons le saxophoniste Fred Madison (. L’attirance semble mutuelle et les ennuis commencent. Pour mieux comprendre l’intensité de cette frustration, il faut avoir conscience du fantasme qu’Alice représente pour Pete. Jusqu’à une nuit fatidique où un événement horrible dont il n’a aucun souvenir se produit… Il est retrouvé enfermé dans une cellule du couloir de la mort à la place d’un certain Fred Madison, condamné pour le meurtre de sa femme. D’autres ne s’en remettent carrément pas. L’EXPLICATION. Arrêté dans la foulée puis condamné à mort, il est soudainement victime de violents maux de tête. Derrière des paroles (trop) polies, la tension est palpable entre les deux époux. , semblait favoriser la théorie de la schizophrénie pathologique du personnage, dont nous avons assisté au délire et qui aurait préféré fuir la réalité sordide du meurtre de sa femme grâce au fantasme, ce dernier ne résistant pas à la paranoïa du héros qui change le rêve en cauchemar, le voile de l’illusion se déchirant finalement, révélant la supercherie au spectateur et au héros, incapable de l’admettre. On sent à chaque instant que l’obscurité abrite maints démons et dangers invisibles et en cela, Lost Highway est bien le “film d’horreur noir du XXIème siècle” décrit par le cinéaste lors de ses entretiens avec Chris Rodley. C’est un cauchemar, un peu comme une chanson de Gerald De Palmas qui passerait en boucle. La schizophrénie, comme c’était le cas dans Twin Peaks, est prise ici au pied de la lettre : la scission de la psyché de Fred engendre littéralement un autre, Pete. LOST HIGHWAY de DAVID LYNCH Le 7ème film de M.Lynch traite de jalousie et d'identité. ), client régulier du garage. Une oeuvre qui ne s’explique pas. Pete ne cesse de demander pourquoi Alice l’a choisi lui en particulier. Lorsque le couple découvre des cassettes vidéos montrant leur maison, la tension grimpe. Article écrit par Denis Baron. De façon plus discrète, le son glisse parfois du mono au stéréo, ce qui annonce le thème du dédoublement et de la schizophrénie. Culturellement…, Le règlement du concours Concours clôturé. ↑ 2 Ensemble des séries mettant en scène des super-héros japonais (Ultraman, Goranger…). Fred craint que Renée ne se sauve dès qu’il a le dos tourné. Les deux amants font route en direction d’une cabane perdue au milieu du désert. » « Mon souvenir à moi n’est pas nécessairement ce qui est arrivé. Plus tard, son jeune amant verra l’image de la femme qu’il aime ébranlée par la vision d’un film porno qu’elle a tourné. Quelqu’un peut s’introduire chez eux et leur fait savoir. Fred n’a aucune idée de qui est Dick Laurent. La métamorphose qui permet à Fred Madison de prendre la place de Pete Dayton vient jeter un épais voile de mystère et désordonne la chronologie du récit. Il est donc le Dieu de cette réalité. Si, d’un point de vue rationnel, celui-ci est malade, le cinéaste n’adopte jamais cette perspective, ne valide jamais cette hypothèse lors du film qui devient un film fantastique de la même manière qu’il est un film noir. What you see is all you get. Aucune explication (même la schyzophrénique) ne me semble capable d'expliquer l'intégralité du film. Le réalisateur tire là encore parti du décor pour renforcer le sentiment d’oppression du “héros” et du spectateur: le rôdeur anonyme devient omniprésent, il peut tout voir, à tout moment, comme l’indiquent les vidéos, filmées avec la froideur des caméras de surveillance que refusent Fred. With Bill Pullman, Patricia Arquette, John Roselius, Louis Eppolito. Il espionne tout avec sa caméra. Il est important de noter que j'ai vu et adoré ce film (3 visions en une seule semaine) AVANT d'avoir suivi la série Twin Peaks. Les souvenirs ont besoin d’être ventilés. C’est pourtant biblique. Fred (Bill Pullman) apprend à l’interphone que Dick Laurent (Robert Loggia) est mort. Objet de fascination, elle demeure désespérement inaccessible. Certains s’en remettent, difficilement. Lost Highway est un film réalisé par David Lynch avec Richard Pryor, Lucy Butler. Voilà quelques temps, nous…, Après deux beaux livres documentaires pour les jeunes…, [Critique] Escape Book : la tour de l’alchimiste – François Lévin, Un système simple et génial pour mieux s'organiser…, Méditation, chamanisme et rituels Camille Sfez n'est pas…, Gillian Anderson se lance dans le développement personnel…, [Critique] Ces livres qui nous font du bien – Christilla Pellé-Douël, Dans l'espace, on vous entendra rire De tous…, Les éditions Jungle se sont spécialisées dans les…, Appliquer le principe des brèves de comptoir à…, [Critique] Abécédaire du Tout-Paris – Paul de Vallonges, Un nouvel outil entre agenda, scrap-booking et carnet de listes…, Rockyrama est une revue lyonnaise s'intéressant à la…, Le grand saut Il faudrait être fou, ignorant,…, Toutes les personnes nées dans les années 80…. [Sorties] Le château de Voltaire : Sur les traces du philosophe, Quantic Dream à l'honneur dans l'un des lieux…, [Interview – 4e Journée de la Femme Digitale] Adalaïs Choy, co-fondatrice de Covoiture-art.com, [Sorties Culturelles] Nous avons testé le Rugby Park RATP, à l’occasion de France – Italie, [Événement – Interview] Delphine Remy-Boutang, co-fondatrice de la Journée de la Femme Digitale, nous parle de la 4e édition, Norman Spinrad au festival Les Intergalactiques de Lyon, La mode au pas de marche Récemment, Troy…, Au lendemain du grand rush de la Fashion…, Paru en début d'année aux Éditions de la…, [Critique] New York Street Style — Anya Sacharow & Shawn Dahl, [Mode] Cacharel, collection automne-hiver 2016/2017 : Retour en grâce, [Interview – Mode] Jean Bousquet, fondateur de Cacharel : “Il faut réinvestir le centre-ville”, [Exposition photo] Tanguy de Montesson pour Margareth & Moi, Créée en 2013 par Victoire et Léonard Arzouni,…, Affiche officielle des célébrations du centenaire de la…, [Food] On a testé le black latte : notre avis, [Food] Les Deux Magots : Remonter le temps à Saint-Germain-des-Prés…, Une destination de charme méconnue Vue sur le…, Un établissement thalasso aux allures de paquebot L'hôtel…, [Tourisme] Bruxelles : on a visité le quartier européen, [Tourisme] El Rocío : séjour épicurien en Andalousie, [Tourisme] Sur les traces des Impressionnistes en Seine-et-Marne, [Tourisme] Champagne : on a visité le domaine de la maison Grémillet, Chaque année, c'est la même chose : Noël…, Les catalogues fleurissent depuis fin octobre, mais cette….