» En avril, les États-Unis fournirent 5 millions de dollars en aide militaire au régime de Videla. Sous la conduite du ministre de l’Économie José Alfredo Martinez de Hoz, la Junte favorisa des réformes d'inspirations néolibérales[5]. Elle se composait dans un premier temps de Videla, du commandant de la marine, l’amiral Emilio Massera et du commandant des forces aériennes, le brigadier-général Ramón Agosti. Incumbents. It was mainly due to President Raúl Alfonsín. Lieutenant General Jorge Rafael Videla swearing the Oath as President of Argentina, 29 March 1976. Le FMI accorda de son côté un crédit de 17 millions de dollars[5]. Olimpo Detention and Torture Center in Buenos Aires. It mirrored what was happening in Chile, under the brutal Pinochet dictatorship, and this was no coincidence. Le dictateur argentin Jorge Rafael Videla était un illuminé et un pervers ... qui a instauré la pire dictature qu’ait connue l’Argentine (1976-1983). But letting the Generals off the hook re-opened old wounds for thousands of affected Argentines who now saw the tyrants of yesterday roam free again. However only a few years later the top criminals of El Proceso managed to slither away from justice. The following is a list of national leaders (heads of state and/or heads of government) commonly regarded as modern dictators.This usage usually carries a pejorative sense and refers to a ruler who: Rules by decree, via an Enabling Act or similar laws … « Nous avons tué entre 7.000 et 8.000 personnes, et fait disparaître leurs corps», déclaration du premier chef de la dictature au pouvoir en Argentine entre 1976 et 1983. La dictature de Videla, qui a duré de 1976 à 1983, a entrainé la disparition de 30 000 personnes. B La dictature de Videla en Argentine. … L'ancien dictateur argentin Jorge Videla est mort ce vendredi 17 mai à l'âge de 87 ans, rapporte Le Monde. They were brought to trial in 1985 and eventually condemned to life imprisonment, found guilty of crimes against humanity. L'ex-dictateur Jorge Videla est mort à l'âge de 87 ans, vendredi, dans une prison près de Buenos Aires. En 1981, il céda la présidence de la … 356 relations. These “death flights” were long suspected after unnamed bodies began to wash up across the Atlantic coast, and were later admitted to by participants put to trial years later. They weren’t usually so passive when it came to matters of “security”. It was only after years of activism from groups like the Madres de Plaza de Mayo, and the election of a new President, Nestor Kirchner, that all amnesty was revoked and trials of military figures could begin again. Né d'un père colonel, il obtient un diplôme du Collège militaire de la nation en 1944, puis entama sa carrière militaire. That is why every Thursday the Mothers of the Plaza de Mayo still meet and protest for answers. (1976 - 1983) Dictature militaire argentine - Coup d'état du général Videla (24 mars 1976)-Début des Mères de la Place de mai (30 avril 1977)-Le maréchal Viola remplace Videla (mars 1981) - Galtieri remplace Viola (Décembre 1981)-Tentative d'invasion des Malouines (1982) Election démocratique-Election de Raúl Alfonsin (30 octobre 1983) L’ancien dictateur Jorge Videla (1976-1981) – condamné à perpétuité par ailleurs – a été de nouveau condamné le 5 juillet à cinquante ans de réclusion pour avoir conçu et mis en œuvre un plan systématique et généralisé pour voler les bébés nés en captivité, rapporte le quotidien. Il dirigea l'Argentine et la guerre sale, après le coup d'État militaire du 24 mars 1976 qui destitua Isabel Perón et instaura une dictature. Dictature et littérature en Argentine : 1976-1983. The idea was to help with reconciliation. Unarmed women facing down a military dictatorship. Subscribe Now, Abortion legalized after historic Argentine Senate vote, Nationwide COVID-19 vaccination campaign starts today, Infographic: Photo finish on the Senate abortion vote, End-of-year chaos: power cuts, strikes and street brawls. Thousands of students and public intellectuals like union leaders or journalists merely suspected of left of center beliefs were abducted, often snatched off the street and bundled into the back of a green or blue Ford Falcon, the car which became the bat-mobile of the regime’s hired thugs. It documented the forced disappearances of 8,961 Argentines under the dictatorship, but most people know that this number is too small and believe the genuine figure to be much closer to 30,000. The infamous Night of the Pencils, depicted  in the powerful 1986 film of the same name was perhaps the most shocking single event of El Proceso. Dictature militaire argentine (1976-1983) Programme nucléaire de l'Argentine (la firme allemande Kraftwerk Union commença en juin 1968 le chantier de la centrale nucléaire d'Atucha , qui fut mise en route en 1974) And so despite the justice finally metered out to the criminals of the military junta, tens of thousands of Argentines are still unaccounted for since the dark days of El Proceso. En avril 1948, Jorge Videla épousa Alicia Raquel Hartridge, fille de Samuel Alejandro Hartridge Parkes (1890-1967), professeur de physique et ambassadeur d'Argentine en Turquie, et de María Isabel Lacoste Álvarez (1894-1939). En 1971, Videla devint général, et deux années plus tard, il devint chef d’état-major avant d’être nommé, en 1975, commandant en chef de l’armée argentine, sous la présidence d’Isabel Perón, qui avait succédé à son époux. Le régime militaire, qui a débuté en 1976, n’est pas une expérience isolée mais représente le point culminant d’une série d’interventions militaires (1930-1932, 1943-1946, 1955-1958, 1962-1963, 1966-1973). Il était le cerveau du coup d’Etat militaire qui a instauré la pire dictature qu’ait connue l’Argentine (1976-1983). B La dictature de Videla en Argentine. Jorge Videla laissera une trace indélébile dans l'histoire de l'Argentine. L'ancien dictateur argentin Jorge Videla, condamné en 1985 à la prison à perpétuité pour la répression sanglante durant sa présidence (1976-1981), est mort vendredi 17 mai à l'âge de 87 ans. It was fittingly nicknamed Nunca Más (Never Again), a slogan that can still be found on walls and lips across Argentina. Ce ne serait bon ni pour elle ni pour nous. Le 24 mars 1976, une junte militaire, sous la direction du général Rafael Videla et de l’amiral Emilio Massera, réunissant les trois armes, dépose la présidente de la République, Isabel Peron. Les militaires argentins réprimèrent brutalement l'opposition de gauche, lors de la « guerre sale », qui n'eut de guerre que le nom : les guérillas (l'ERP et les Montoneros) étaient déjà démantelées en mars 1976, et les militaires s'attaquèrent aux opposants civils : politiques, syndicalistes, prêtres et nonnes — Alice Domon et Léonie Duquet, Gabriel Longueville, etc. Et quand le chef de bord donnait l'ordre, en fonction de la position de l'avion, au large de Punto Indio, on ouvrait la porte de la carlingue et on jetait les corps nus un par un. La junte resta en place jusqu'au 10 décembre 1983. Le coup d’État du 24 mars 1976 est réalisé seulement trois ans après la fin de la dictature de la Révolution argentine (1966-1973). I remember being naked. La junte organisa alors, de manière méthodique et planifiée, la répression massive et systématique des opposants en dehors de tout cadre juridique, via la tactique des disparitions forcées et des vols de la mort. After that, they were routinely tortured and many were killed in concentration camps set up across the country. Pour comprendre la singularité et les particularités de la dernière dictature argentine (1976-1983), la plus cruelle expérience en matière de violation des droits de l'homme dans le Cône Sud de l’Amérique Latine, il convient de la replacer dans le contexte historique du XXe siècle argentin. On les déshabillait une fois évanouis. Histoire de l’Argentine : le Général Juan Perón et Evita. Après avoir travaillé au ministère de la Défense de 1950 à 1962, il prit la direction de l’académie militaire en 1962. L'Argentine organise et gagne son premier Mondial en pleine dictature. Image: Adam Jones via flickr. - 1976-1983) La période : 1976-1983. It was an ideological campaign of repression, but also a tactical one as it was invariably the Left that stood up to the military throughout the dictatorship; from peacefully demonstrating students to the underground urban guerrillas Los Monteneros. Mothers wearing the white headscarves, holding pictures of children: their children. During the military dictatorship, thousands of children were abducted from their families by the regime and incarcerated, to be tortured or killed or raised away from their parents. En prenant le pouvoir en Mars 1976, le Général Videla sonne l’heure du Proceso de Reorganizacion Nacional (Processus de Réorganisation Nationale). L'ancien dictateur est donc mort sans avoir été jugé. Congress also voted for the state to pay compensation to families of the victims, and over 11,000 families have received this so far. Communism became the great rival of US imperialism in the 20th Century, and each new President who sat in the White House did what he could to stamp it out wherever it was or might conceivably be blooming. General Videla assumes the Presidency as the military take power, 1976. 92 Résumé : Cet article propose une analyse des modes de contestation et des formes de langages alternatifs au discours officiel, basés sur une utilisation politique de l’humour, sous deux régimes militaires latino-américains dits de sécurité nationale : le Brésil et l’Argentine, respectivement de 1964 à 1985 et de 1976 à 1983. Political freedom was strangled. Jorge Rafael Videla était à la tête de la junte militaire qui a organisé, le 24 mars 1976, un coup d'Etat militaire contre la présidente Isabel Perón, en Argentine. Cette entreprise aujourd'hui qualifiée par la justice argentine de « génocide » (voir par exemple la condamnation, en 2008, du général Antonio Domingo Bussi), fut justifiée par la junte au nom d'un anti-communisme virulent, lié à un national-catholicisme prétendant défendre la grandeur de la « civilisation catholique occidentale » contre les « rouges » et les « juifs »[6],[7],[8]. The knock-on effect for Argentina from 1976 was the surveillance and regular disappearing of individuals suspected of Left sympathies, however pale or vague the association actually was. Cette coupe du monde se déroula au moment même où les tortures et assassinats s'exécutaient dans les sous-sols de l'ESMA (École supérieure de mécanique de la Marine), à proximité des stades de Buenos Aires, où se déroulaient les matches dans la liesse populaire. Jorge Videla laissera une trace indélébile dans l'histoire de l'Argentine. « La guerre sale »: séquestrations, 30 000 disparus, 15 000 fusillés, 1,5 millions d’exilés, 500 centres clandestins de détention et torture, répression massive, escadrons de la mort. President: Juan Peron until July 1, Isabel Martínez de Perón; Vice President: Isabel Martínez de Perón until July 1, then vacant; Events. Jorge Rafael Videla était à la tête de la junte militaire qui a organisé, le 24 mars 1976, un coup d'Etat militaire contre la présidente Isabel Perón, en Argentine. During ‘The Process of National Re-organization’ or El Proceso as military rule euphemistically called itself. It was part of the continent-wide campaign to “eliminate Marxist subversion” called Operation Condor. Dirigea l’Argentine de 1976 à 1981 21. But as vital and just as the commission was, most now believe it to be a gross underestimate. Ayant ainsi écarté toute institution démocratique, la junte gouverne seule, au moyen de décrets. Get The Bubble in your inbox! Operation Condor was a logical progression: Let’s get the brutal military regimes we’ve helped install in Latin America to help us put down the Red Menace once and for all. La diabolisation des « subversifs » pour justifier leur extermination sous la junte argentine. Le temps d’un match, le dernier de sa compétition, la population argentine peut oublier sa vie quotidienne et extérioriser. Madres de la Plaza de Mayo. Political freedom was strangled. Image: http://www.mendoza.gov.ar/24demarzo/#1 via wikipedia.org. Le 24 mars 1976, le général argentin Jorge Rafael Videla, placé à la tête d’une junte militaire argentine, opère un coup d’État qui renverse la présidence d’Isabel Perón.Une sévère dictature militaire est alors instaurée ; une dictature que répressions, détentions, tortures et exécutions viennent alimenter. At some point we stopped and some of my friends were taken out. It’s estimated over 30,000 Argentines were “disappeared” between 1976 and 1983. Thoughtcrime, in other words, was a capital offense. Buenos Aires, 24 mars 1976 : un coup d’Etat militaire fait tomber la présidente d’Argentine Isabel Peron, ex-épouse de Juan Peron. Au moins 9 000 personnes furent victimes de disparitions forcées sous la dictature, 5 centres clandestins de détention et de torture créés, tandis qu'au moins 500 000 personnes furent contraintes à l'exil, qui plus est clandestinement dans les premières années de la junte, qui refusait alors de délivrer des visas de sortie. Eventually a needlessly bloody war and social and economic pressures helped topple the military junta, and paved the way for representative democracy to return in 1983. Guinée: le bilan officiel des violences s'alourdit, la médiation piétine; Au Cameroun anglophone, les écoles au coeur du conflit; Botswana: des dizaines de vautours, une espèce menacée, retrouvés morts