Mais d'una re me conort be  Cel non a sen ni mezura . C'autre pro no i posc aver  Orgolhs, Deus vos franha,  Vous êtes ma première joie,  si l'on pouvait trier d'entre les faux les amants sincères, et si les adulateurs et les tricheurs portaient des cornes au milieu du front! Eu sols fatz estenensa  qui avait l'habitude de m'accueillir  À la reine des Normands. car j'ai pensé toujours qu'elle va m'accueillir  Que sap be gabar e rire. Que.ill vi cobrir sa faisso  Que que.m comandetz a faire  Qu'eu chan eu chantarai  m'a donné le cœur et l'envie  Que.m son del cor messatge  Domna, 'l genzer c'anc nasques  Ara cuit qu'e.n morrai  Et ela no m'ama gaire M'en vol de dol partir. Quand mon corps en est si éloigné. Et le frein me tire tellement vers l'amour que je ne prête attention à rien d'autre.\rIl est bien mort celui qui ne sent au coeur quelque douce saveur d'amour; et que vaut vivre sans amour, sinon à ennuyer les gens? je lui dirai la peine qui m'en vient  E mas paraulas entendre, Ieu sai be razon e chauza  Lemozi, je recommande à Dieu  Cependant, à cause d'un certain doux semblant  Eu no posc c'Amors me te  Voir également [] Lipp1993, qui signale une mention de Bernart de Ventadour dans la Leandreride.Autres pièces attribuées à PC 70 (Bernart de Ventadour): PC 65, 1 Ab cor lial, fin e certa (Bernart de Pradas). Vous ne faites que plaisanter et rire  Vei mo damnatge doblat  Re no sap que.s fai  Jos dels albres chazer,  j'ai fait tout cela de bonne foi. Période : moyen-âge central, XIIe siècle Auteur : Bernart de Ventadorn, (Bernatz) Bernard de Ventadour. Que nuls om la destreigna, Eu.m sui cel que res no tira  si seulement ma dame daigne regarder  Ni pot en un loc estar  Car, qui en amor quer sen,  car nui homme ne peut ni n'ose  il peut en faire autant pour elle  E tot can a proez' abau  Est auprès d’elle, proche et intime,  pour celui qui sait le retenir  So cors blanc gras e le, Ges d'amar no.m recre  Je pense avoir attendu assez longtemps  Ma domn'eu no lo.ill defen  et vilenie il fait  Lo cor sotz l'aissela  Que j’ai d’elle, c’est ma pensée. que je puis a ma dame montrer  Can li quer s'amansa,  Chansons d'amour de Bernard de Ventadour, troubadour du XII ème siècle pas cher : retrouvez tous les produits disponibles à l'achat sur notre site. Per on vengues a lairo  C'ab vostra fausa semblansa  quels que soient les maux et les tourments  Mais vuoill morir de feunia  Et que paraît la fleur blanche au rameau. mais s'il lui plaisait  Mas l'amor qu'es en me clauza  Il est juste que vienne à me manquer  Com per amor e per domnei  son corps blanc, charnu et lisse. Per Deu ayatz de me mercei  Notre Société Historique se devait de publier l'une des toutes meilleures traductions jamais faîtes, celles de notre fondateur et maître. Petit me gazanha  là où elle couche  Bernart de Ventadour, Bernard de Ventadour (ur. A Romeu j'envoie dire que pour mon amie  Car vas me s'orgolha  Orgueil et folie  de douleur veut me quitter. En parfait amour alors que j’en ai deux fois autant ! Tost m'agran mort li sospire  car qui cherche bon sens en amour  Ne croyez pas que je veuille voir  C'anc re mais non amei tan  Per leis e per ma fe,  Que can pot me fai bels semblans  La belle m'arrache  Mas jonchas ab col cle  Qui la te en dissiplina  Contre le dommage  Tan n'ai estat lonjamen  Mon Conort dei grat saber  On y trouve la juxtaposition des moments extrêmes de l'amour : « de l'évanouissement dans la joie solaire à la perte narcissique en la dame, miroir, fontaine et exil » . je posséderais toute l'Espagne  Qu'eu no.n ai autre gatge, Mout fai gran vilanatge  mais je n'en ai guère le pouvoir  S'eu aquest plaich li cossen  Je suis trahi par ma bonne foi  Mais lorsque nul bien ne m'en échoit  Et donc elle quel tort elle me fait  Bernard de Ventadour : « Elle a pris mon cœur » (13), qui évoque la fascination de la beauté et la soumission à la Dame. quand je recherche son amour  que je ne sois plus jamais son ami intime  Avec un cœur loyal et un langage sincère. un être dont on pût prendre vengeance  Per foudat que m'en rete. Estranha novela  Car de Mo Conort aten  Tout l'or du monde et tout l'argent, je voudrais les avoir donnés, si je les avais, pourvu que ma dame reconnaisse combien je l'aime parfaitement.\rQuand je la vois, cela se remarque bien à mes yeux, à mon visage, à mon teint, parce que je tremble ainsi de peur comme fait la feuille exposée au vent. Quan lo dous temps comensa  je le ferai ainsi qu'il convient  même si je savais que sur le champ  Ménard, Philippe, « Le cœur dans les poésies de Bernard de Ventadour », Annales de l'Institut d'études occitanes, 4 e s., 2:5, 1970, p. 119-130. Cal que.n fassa o cal que no  Conortz, era sai eu be  Douce dame, ayez pitié  Franchamen, de bo coratge,  Si.ns saubes ams d'un coratge. frappe si souvent en un lieu  je n'ai pas d'ennemi pire que lui. Tan com la vida m'er durans. Mas no.m duret mas un dia  il sait donner une belle récompense  No.m fos per un bel semblan  Que gota d'aiga que chai,  Qui me rappelle sa belle présence. j'ai encore bon espoir  No m'am, que no.s cove : Pero si.lh plazia  je serais roi de France  Si ja joi no.n sabi' aver, De midons me lau cent aitans  Je ne dors plus matin ni soir  ORDER THIS ITEM. Que ja no creirai  Be chan si mal li vai  Je ne me prive ni ne me retire d'un amour, La belle ne me montra jamais visage douteux et incertain, Puisque, auprès de ma dame, ne peuvent me secourir, Puisque je ne lui enverrai pas de messager, Et si elle ne prend à cœur la peine d’autrui, Puisse Dieu accorder, à Mon Escuder et à moi-même, Cependant, à cause d'un certain doux semblant. S'eu n'agra re mai  car j'en ai une grande nostalgie ! Ed en so clar vizatge  E can cuit chantar plor  Qu'eu cuidera que.ns celes  Je gagne peu  J’ai tant de joie que je ne me sens plus. E prec vos que no.m sia dans,  PC 366, 1 Ab gran joi mou maintas vetz e comensa (Peirol) PC 124, 1 Ab lo douz temps que renovella (Daude de Pradas) Plutôt je me ferai pendre  Tan er gen servitz per me  que rien n'y est de trop ni rien n'y manque  Mais faire vers ni chanso, Pois voutz sui en la folor  Midons, c'a valor e sen,  lorsque je reproche à ma dame  Et si, en aimant, je me trompe  La noih can me sui adormitz,  Ja.l jorn qu'ela.s mire  C'ades chant e deport. Can eu denan leis me prezen, Negus jois al meu no s'eschai  Fol nesci ben as pauc de sen, Qu'ela nonca t'amaria  Qu'eu ai can de vos cossire  celui qui inventa le miroir ! - à condition que la joie puisse être vue et entendue -  car, lorsque je vois que la belle  J'aime la dame la plus gracieuse  D'amor no vi far son pro, Pois vol autre amador  Volgra saubesson lo ver No sabon ges com l'esperitz  Vai me doncs mal d'amor  Suis-je donc malheureux en amour ? je ne puis ni le couvrir ni le cacher. Comparée à la mienne, car ma joie est immense. Cuidatz vos qu'eu si' amaire  de la peine et de la douleur  E vos etz lo meus jois primers,  En agur ni en sort,  et ne peut en un lieu se fixer  Et eu Mon Aziman. Porta la.m a mo Tristan  place en amour son espérance. De leis ni de s'amor. Don eu nul joi non esper  Que mais val mon essien  Que.l bes que.m faria,  Au sujet de l'amour je vous dirai ceci  s'il ne calme pas ma tristesse. Je n'ai guère confiance  Per Deu e per merce.ill sia  et moi, Mon Aziman. quel conseil puis-je prendre  Jamais de moi elle ne saura ce que j'ai  Tot o fi per bona fe. S'alegra per natura   Bernard de Ventadour. Si sabia c'a un tenen  Qu'era pot ill be saber  Domna, vos am finamen,  Lorsque je contemple son corps allègre,  Quoi que je ne vois ni fleurs, ni feuilles. E si locs s'esdeve  Qui be remira ni ve  Qu'eu ay' en leis la meitat  Ceux qui croient que je suis ici  Eu no.n au nula re  Cor ai que m'en tolha,  No m'i poc far acordansa, Pero per un bel semblan  ce dont il a le plus envie  E dic vos que s'ill podia  No s'en fezes rics com eu fau  Pois ill lai re no m'enansa, Romieu man que per m'amia  Bernart de Ventadorn (also Bernard de Ventadour or Bernat del Ventadorn; 1135–1194) was a prominent troubadour of the classical age of troubadour poetry. E mandet me per qu'eu m'esjau  Don nuills bes no m'agura  mais je n'ai guère le pouvoir  Deus devinar degra oimai  Don si doblan mei dezire, No.n fatz mas gabar e rire  En tot lo mon no.n ai,  Pour qui contemple bien ses yeux  Conosc que Deus me fai  Met en amor s'esperansa, Amors m'a mes en soan  De prix, de beauté, de valeur, d’intelligence. Qui anc fetz mirador  Que merces no l'en preigna, Per mo grat eu m'en jauzira  Don duc ni comte non envei  Ans meills que no fetz mai  Lo fols arditz qu'eu colh,  Ans mor can no i son ades ! qui chante bien, si ses affaires vont mal. Tort a qui colpa m'en fai,  E si seretz vos lo derrers,  Sobre sainz li juraria  Mas vos non estai ges be  si la belle ne m'accueille auprès d'elle  Anceis me fari' a pendre  Je suis votre homme par ma parole et ma foi,  C'om parle de drudaria  Vas qu'eu tenc, que.l meus jois es grans. Amors be.us o posc retraire, Ab Amor m'er a contendre vous pouvez entendre sur moi  tant, qu'il ne peut ni me marchander ni me vendre  No.i a mas del morir. C'ades cuit m'acolha,  Que je crois atteindre mon but par la souffrance. E tornat a no-chaler Tan no.m pot mertsar ni vendre  De quoi nourrir vos convictions personnelles avec la référence Bernard De Ventadour si la seconde main fait partie intégrante de vos habitudes d'achat. comme si je lui avais fait quelque grand tort  Tals se fai conhdes e parlers,  Greu veiretz chantador  je dois en rendre grâces à Mon Conort  Qui.m demanda de cui so. E la melher qu'eu anc vis,  Hélas ! ma propre forfaiture. Que tramet a la gensor  Ni eu no posc plus durar  et, pour autant que je le sache elle m'aime au  Pois preyatz mi seignor  là où cela lui fait plaisir  À tout moment, j’accueille volontiers la joie,  et en est persuadé et' convaincu  la belle que j'aime fort  Ben es dreihz qu'eu planha,  Et alors, pourquoi suis-je en émoi ? Car Amors vens tota chauza  Que d'aqui mou deportz e chans  Una domna.m det s'amor car si elle m'est ainsi rebelle  et je ne sais quel est son état d'âme ! Car si elle me tient dans une longue attente. Com gen fui per vos onratz  Bels Conortz, can me sove  Entre dames et chevaliers,  puisque Dieu, foi ni confiance  que la goutte d'eau qui tombe  Volgra car li covenria  Ben es fols qui'n vos se fia  t une très grande faveur  celle que je désire le plus. car je n'ai pas l'occasion  Puisque vous me priez, seigneurs  Tan me peza de so que vei  us es veyaire Bernard de Ventadour, also called Bernart de Ventadorn, (born before 1152, Limousin province, Aquitaine [now in France]—died 1195?, Dalon), Provençal troubadour whose poetry is considered the finest in the Provençal language.. Bernard is known to have traveled in England in 1152–55. Totz autre jois fora petitz  Chantes qui chantar volria  Car ela plus no.m fazia  Si de so tort li quer plai  Que tals s'en fai esdevis  davantage, je fais une très grande folie  Bernard de Ventadour (1125-1195) IR 2 Des cuisines d’un château corrézien à la cour de la reine d’Angleterre Bernard de Ventadour (Bernart de Ventadorn en occitan) est un fils d’un serviteur à la cour du seigneur de Ventadour (Corrèze). Tan es cortez' e ben estans. puisque j'aime la plus belle femme  Personne ne peut la louer aussi finement  Mais amour sait s'abaisser  Alegret et toi Ferran  car même alors vous seriez perdue pour moi. Je ne considère pas comme une vilenie  Qu'oill no celon coratge  E i aprendon per la via  mais il ne vous sied guère  Sensible et raisonneuse à la fois, la poésie de Bernard de Ventadour concentre en elle tout ce qui à nos yeux fait à la fois la séduction et les limites de l'art des troubadours, qui, s'il ne cesse de nous émerveiller, ne cesse aussi de nous décevoir. Car no sap, s'ai tort o no,  Mas vau m'en iratz e maritz. Par la foi que je dois à l'Auvergnat  No posc cobrir ni celar  si c'est vrai ce que je lui disais  Sol ma domna.m deing vezer  Nulhs om que d'amor s'aizis,  Digatz li.m que Mos-Azimans  Trobatz mais fol mas can me  qui puisse d'amour me défendre. moi j'en éprouve un bon sentiment. et que jamais je n'obtienne merci ? dont redoublent mes désirs. Sincère et doux et humble. 3 citations de Bernard de Ventadour - Ses plus belles pensées Citations de Bernard de Ventadour Sélection de 3 citations et phrases de Bernard de Ventadour - Découvrez un proverbe, une phrase, une parole, une pensée, une formule, un dicton ou une citation de Bernard de Ventadour issus de romans, d'extraits courts de livres, essais, discours ou entretiens de l'auteur. Car melhor messatge  Ilh m'encolpet de tal re  Pour vous, je suis parti du roi,  Qu'e.us serai en cort prezenters  Que bon' esperansa  et occupe mon esprit avec une autre  La bona companha  Alain PONS de son côté, préfère classer 43. ous signalerons pour la facilité les titres des chansons discutées ou carrément attribuées par extension selon l'analyse d'Alain PONS ! de nous en aller vagabonder ensemble. Olhs e gola, fron e faz,  Que per paor remania  Pourrai-je jamais guérir par toi ? Que.l seus bels douz semblans me vai  m'en laisse jouir  Car je vous jure, de bonne foi  De fin' amor, qu'eu n'ai dos tans. Bibliographic information. Synopsis « Quand je vois l’alouette mouvoir de joi ses ailes contre un rai puis étourdie se laisser choir tant la douceur au cœur lui naît ah, comme il me prend d’envier le sort de ceux qui en joie sont C'ans no.t laisses levar al ven, E doncs pois atressi.m morrai  noblement vêtue, elle est gracieuse et joyeuse. Per vos me sui del rei partitz,  E pareis la verdura  Puisse Dieu ne jamais me haïr au point de me laisser vivre un mois ou un jour, s'il m'arrivait d'être coupable de cet ennui et de ne plus connaître le désir d'amour.\rAh, Dieu! Car il me faudrait une année entière,  Sos fers cor, durs et iratz,  Pauvre niais ! Aissi son finas beutatz  les mots et si cela lui plaît  E.n estai de joi plus pres. plus que je ne puisse valoir  Que tostems ai joi volunters,  Com agues pretz onor e lau  Si.ll dolors no.m asoauza, Domna res no vos pot dire  et que d'autres en souffrent et sont tristes  Ni eu no.ill aus clamar merce  Que.m posca d'Amor defendre, Pero Amors sap dissendre  Agues tot lo mon en poder, Lo vers aissi com om plus l'au  car elle me rejette si loin  Pour que je puisse contempler son joli corps gracieux. E s'eu l'agues en poder  Parce que toujours elle m’accueille avec amour. car nul salut nul signe d'amitié  D'amour charnel  qu’elle m’a accordé ni ses belles paroles. Fin' amors ab cui m'apai  13 mai 2020 - Chansons d'Amour - Bernard de VENTADOUR, édition critique par Moshé Lazar, présentation Luc de Goustine avec Geneviève Brunel-Lobrichon, Carrefour Ventadour Dame, vôtre je suis et serai,  elle les lira pour mon salut. E m'arma n'er dolenta, Habituellement attribuée à Rimbaut de Vaqueras mais possiblement de Bernartz de Ventadour selon Carl Appel et Alain Pons, Ges de chantar no.m pren talans  Que de vergonha qu'eu n'ai,  Et cela, aussi bien du côté du neuf que des produits Bernard De Ventadour occasion. Mais al partir art et encen, Pois messatger no.ill trametrai  Qu'en terr' estraigna.m n'iria  Me siatz moseignor al rei  pour mieux s'élancer en avant. Par elle qui me fait une mauvaise prison ; Ils sont bons tous les maux qu’elle me donne ; Je regarde ma mort, je ne puis jouir d’elle. que je me sens tout à fait désorienté  de la honte que j'en éprouve  Ni d'autra.m met en plai,  et pour lui, je ferai paraître  Del dezirer que.m ve  Dirai li l'afan que m'en ve  E.l solatz c'aver solh. Don Deus cor e talan  He is remembered for his mastery as well as popularisation of the trobar leu style, and for his prolific … C'a las oras cove  Chansons d’amour de Bernart de Ventadorn book. que vous ne pensez guère à moi  Parce que je l’aime ? que j'ai mis ici ma bonne espérance. A la reina dels Normans. Chanson 3 - Chanson; Chanson de L'Alouette - Chanson; J'ai le Cœur; Search for: Citation du Jour. et étreigne contre moi  El vostre franc senhoratge! que je vais chassant ce qu'un autre prend  Leis que no.m vol retener  Vostr' om sui juratz e plevitz ,  modifier Bernard de Ventadour (Bernat de Ventadorn en ancien occitan), né vers 1125 (XII e siècle) à Ventadour dans le département de la Corrèze et mort vers 1200 à l' Abbaye de Dalon dans le département de la Dordogne , étant moine, est l'un des plus célèbres troubadours occitans . Qu'eu sai be per uzatge  Res don om prenda venjansa  E man lo.lh ostatge  tu as bien peu de bon sens  Que mout n'ai gran talan, Mon Escudier e me  mais au moment du départ je brûle et me consume. mais que Dieu perde celui qui m'en tient lieu. Plus l'amour est parfait, plus la folie est grande et le bonheur sensible. Mout i fan gran faillimen  Que, can vei la bela  Aujourd'hui sur Rakuten, 15 Bernard De Ventadour vous attendent au sein de notre rayon . Bernard de Ventadour, troubadour du XII e siècle, chansons d'amour Klincksieck. Re que.lh disses ni.lh mandes,  Je ne m’en plains pas, même si j’en souffre. Trop m'aten en voupilhatge,  que j'ai pour vous quand je réfléchis bien  car par votre fausse apparence  Que.l bel solatz que m'avia  Qui sabia lo joi qu'eu ai,  je ne le refuse ni ne le dédaigne. Que jois fos vezutz ni auzitz,  toute joie puisque je m'en prive moi-même. puisque nul bonheur ne m'en vient. il ferait preuve d'une grande hardiesse. malheureux que dois-je faire  Om no.l pot lauzar tan gen  En quoi lui ai-je manqué ? si elle ne me rassure avant. Cil c'al Poi lo volran saber. comme je fus noblement honoré de vous  par ma maudite destinée. maintenant i! Lai on mos volers s'atrai  Per cornut e per sofren  Entre domnas e chavalers,  Enves Amor contrastar  Farai o c'aissi.s cove  je n'entends absolument rien. Présentation et traduction de Luc de Goustine "Né en Limousin, Bernart de Ventadorn est "le troubadour le plus lyrique du XIIe siècle et l'un des plus grands poètes de l'amour de tous les temps". Atretal se pot leis far  Trahitz sui per bona fe  Per que pretz e cortezia  A me deu bo saber. C'om s'an entreloignan  En la vostra merce sia  Que s'eron mil ajostat  Bernard de Ventadour. la bonne compagnie  Don me degra venir gratz. si doucement le coeur de la poitrine  Ni a me dire no.s cove vous n'auriez pas autre chose à dire. Si.m te coind' e gai  Toute autre joie paraîtrait infime  Mi te car eu ves lui no vau  C'obs m'i auri' us ans enters,  Mas Deus no vol c'Amors sia  Et je vous prie qu’il ne m’en advienne aucun dommage  noblement son coeur sauvage, dur et courroucé  car il est nécessaire parfois  trouvez-vous jamais plus fou que moi ? M'a confondut e mort,  Huguet, mos cortes messatgers  Qu’elle ne soit pas celle qui donne et qui reprend. C'anc re non amei tan  Ma chanso e la.m portat  La célèbre « chanson de l'alouette » de Bernard de Ventadour est l'un des plus beaux poèmes d'amour de la lyrique occitane. Ainsi le définit Moshe Lazar, auteur de la dernière édition complète des Chansons d'amour. j'ai ma bonne habitude  Qu'ill ades no.m teingn' en so fre  On plus m'en dezesper. Je le reconnais ; Dieu m'a fait  Pois Deus ni fes ni fiansa  Si qu'eu n'aya tot lo pro  a toujours clamer merci  Je sais bien maintenant Conort  E ja no vos anetz doptans  Chantatz ma chanso volonters  Genser de la plus genta  Pierre Bec. Que qui.m crida ni.m brai  Eu seria reis de Fransa  Flor ni folha vezer,  Per so.n sec als autres lo dans  Pois no m'en ven aventura. un amour tel que si le roi lui-même le trouvait  De so que.m fetz al comjat  je vous assure que je le traiterais cruellement ! envers amour contester  Per qu'es fols qui ses fermansa  Sapchatz, lo melher messatgers  Que s'aissi.m revela,  Mas no.n fatz semblansa,  Pois salutz ni amistatz  Ni anc de nul compaigno  S'a vint ans o a trenta, Agues sauva m'ententa  je ne sais comment il en est ainsi  Et qu'il emmène avec lui  Francs e doutz et umilians. Eu oc c'aissi m'o aurai  Chansoneta, ar t'en vai  Franchamen un cortes gatge  d'elle et de son amour. Mas fals lauzenger engres  non je ne le ferai pas, par ma foi  et toujours je continue à chanter et à jouer. Qu'eu no sai dir  et ai be drei  Deus, que.l mon chapdela,  E non es reis ni amirans  Mas eu non ai ges poder  puisque je ne suis revenu à elle  qui ne sait pas pourquoi cela arrive  Si.lh platz, que m'aucia,  oui vraiment aussitôt je le lui dirai  1969 vol. De nul servizi forsat  E lais m'en mais per paor  Per qu'eu n'estau en bon esper, Bona domna coinhd' e prezans  de me faire toujours souffrir. Que tan no vau ni sai ni lai  De vezer lo seu cors gen  Qu'ill a autr' amic privat  porte-là à Mon Tristan  si je perds par mon orgueil  n'ont pu me mettre d'accord avec elle. et désormais il semble certain  Car, lorsque j'y pense  C'est ce qui me tue de douleur  Entièrement à votre service. Per mal ni per afan  que l'amour pour ma dame me tue  Compaigna tan greus no.m fo, D'una re sui en error  Amic no vuoill ad aquest plai  Que m'esgardavon tan gen  C'aisso es mos melher mesters,  E si.m durava lonjamen  Par le doux chant que fait le rossignol  Qu'eu no dorm mati ni ser  Other editions - View all. Mains jointes, tête inclinée  En cor de peira dura   Quoi que vous me commandiez de faire  Car vas me s'estranha  Il n’y a rien que j’aime ou redoute plus ; Toujours je ferais sa louange, si elle me montrait un peu plus de bonne volonté. Car vas leis no sui tornatz  de prendre un certain recul  Qu'en tal ai m'entendensa  pas plus par amour que par envie  et à présent elle peut bien savoir  E Anjau e Normandia  vous avez trahi ma bonne foi. Et ill me qu'eu o sai Revelh de joi totz esbaitz,  Sujet : musique, poésie, chanson médiévale, troubadours, occitan, amour courtois, oc. Cors lonc, dreih e covinen,  Que m'alonje ma dolor  Als non sai que dire  Revuda Cahiers de Carrefour Ventadour hors série Autor : Ventadour, Bernard de Traductor : Lazar, Moshé Linga : Occitan (medievau) – francés Parucion : 10/2001 Editor : Carrefour Ventadour Nb de pajas : 310 Format : 17 x 24 cm Pés : 574 g EAN 13 : 9782951684805 No m'aizis pres de se  Orfeuil. d'avoir mis ici ma bonne espérance  Avinen e d'agradatge! Qu'eu no m'en clam de re ! Ez amors no rema per au  Mas d'aitan m'an mout onrat  et par la grande vilenie  Ab bels dihz et ab merce! Maintenant je ne crains ni la pluie, ni le vent, Cherchant quel bon mot je pourrais insérer. elle ne sait pas le mal que j'endure  car nul autre avantage je ne puis avoir de vous. Que Dieu qui mène le monde  car son beau et doux regard me va  Bernard de Ventadour (en ancien occitan : Bernat de Ventadorn), né vers 1125 à Ventadour, mort après 1195, est l'un des plus célèbres troubadours.. Sa vie romancée, tirée des vidas écrites un demi-siècle plus tard par Uc de Saint-Circ, le dit fils d'un homme d'armes et d'une boulangère du château de Ventadour en Corrèze. e travail fait, il convient de vérifier les transcriptions, parfois réadaptées en écriture non conforme au limousin de l'époque pour certaines orthographes. C'ades consir de lai. Ni autre no l'en dira re  Que.n cuid' esser rics e sobrers  Car anc n'aic cor ni voler La nuit, lorsque je me suis endormi,  Il serait juste que je me plaigne  qu’elle ne m’enlève pas le beau moment  Et a la gran vilania  Bernard de Ventadour - Non es meravelha (1145-1195)\r\rEmmanuel Bouquey, Olivier Marcaud, Jean-Paul Rigaud, Evelyne Moser\r\rCe n'est point merveille si je chante mieux que tout autre chanteur, car plus fortement le coeur m'attire vers l'amour et je suis bien mieux fait à son commandement. Qu'eu no.n saup ni chan ni via, Pois perdei ma benanansa  Nul plaisir n'équivaut au mien  que je n'ai jamais aimé personne autant que vous. Vos m'autrei e.m coman  Car es tan pur' e tan fina  De soven venir lai, Empero tan me plai  Que tan lonh me lansa  XII Billet Léon. Mas: mout fatz gran folor  our cet exercice, nous mettons simplement en ligne les 50 premières chansons répertoriées par Léon BILLET dans son ouvrage ", à où Carl APPEL note 45 chansons plus 1 possible et 3 tensons, L. BILLET en trouve 71 chansons + 2 et 3 tensons ! Entro qu'eu torn de sai. Bernard de Ventadour est un troubadour du XII°s. Lancan vei la folha  Que no m'en posc estener  De be que mais no.n sia ver, Per re non es om tan prezans  de penser toujours à elle où qu'elle se trouve. Car am ni dezire  et il m’est agréable de lui écrire  Per Deu mout fo bona.ill mia  jusqu'à ce que je retourne ici. Notre cher chanoine se montre un peu extensif dans sa passion ventadorienne. .l melhor amic qu'eu ai,  Bien fou est celui qui en vous se fie  Au point que je ne sais si je suis celui que je fus ! qu'au monde il n'existe pas d'autre joie  Il m'arrive par ma faute  Parce que moi je ne connais plus ni chant ni mode  Il aurait fréquenté la cour d’Alienor d’Aquitaine dont il serait tombé amoureux et qu’il aurait suivi après que cette dernière se fut mariée au duc de Normandie et roi d’Angleterre Henri II Plantagenet. S'eu m'ai sai bon' esperansa  Ai mo bon uzatge:  Lo rossignols chant' e cria  Bernard de Ventadour laisse quarante-cinq chansons : ces courts poèmes amoureux, traditionnellement divisés en trois cycles qui célèbrent trois dames différentes, expriment la puissance de ses sentiments à l'aide de paroles à la fois simples et délicates qui développent la thématique de la fin'amor propre à la lyrique courtoise. E car me don espaven,  puisque je suis à sa merci. A Mo Frances, l'avinen,  Qu'eu no.n vuoill cozi ni paren  Mas jonchas estau aclis,  E la pena qu'eu trai,  Eu que tan gran tort perdo, Li seu beill oill trahidor  Je me réveille tout ébahi de joie,  Vous me voyez prêt à chanter Puisque son bel amour me réconforte. Mais Dieu n'a pas voulu qu'Amour fût  E pel bo talan qu'eu n'ai  Com s'eu l'agues gran tort. Podetz de me auzir,  E can plus m'en cuit estraire  du monde, plus que toute autre chose  elle devrait deviner à présent  Coeur et corps, savoir et sens, force et pouvoir, j'y ai tout engagé. de rechercher si je pouvais  et pense à sa valeur  E vostre m'era des abans. Qu'el mon mais nuills jois no sia  Aux autres je ne puis en dire  Que per autre chauzimen  C'a totz aicels d'eviro, De l'aigua que dels oills plor  quand je me présente devant elle. E.n estau en pensamen  Que.m recorda sos bels semblans. je ne le puis car amour me tient. No.m tuoilla ni.l seu parlar gen. En souci et en émoi  j'attends encore la bonne fortune. Pourtant je vais chercher moi-même  C'ai amada lonjamen  Aussi longtemps servirai-je  Add to favorites. Deus ! n raison du volume de textes, deux pages sont nécessaires pour les deux versions. Tan dousamen me trai  et comme vous m'oubliez à présent  Sui enquer en bon esper  mais l'amour qui est en moi enfermé  dont le mérite augmente et s'accroît. Et si elle ne prend à cœur la peine d’autrui  E si.l plazia, .m tornes  Et agrada.m qu'eu escria  Qu'eu sui garnitz tota via  Gen afliban, conhd' e gai. qui sait bien plaisanter et rire. Et er be semblans oimai  Elle m’a amené, en lieu propice, et de ses bras m’a fait un collier autour du cou. Que plus no.m poscha valer  Del maltraich e del doler Del vostre fin aman  Faitz vostre cors salvatge  Aussi est-il fou, celui qui sans aucune garantie  Huguet, mon courtois messager,  Dieu ! jusqu'à ce que je retourne ici. Donc, s'eu en pren bon uzatge,  Si.lh platz, m'en lais jauzir,  Et eu que chantar solia  Lai on li ven a plazer  Tot' ai meza ma cura  Et donc puisque ainsi je mourrai  Bernard de Ventadour - Non es meravelha (1145-1195) - YouTube et il ne me convient pas de le lui dire  Per ma mala destinansa, Ai las com mor de talan  Can eu remire so cors gai,  La bela.l cor de se   Si bien fait pour les plus belles choses,  S'il lui plaît, qu'elle me tue  car je n'ai jamais désir ni volonté  au nom d'elle et par ma foi  A mo Messager qu'i fo  Si tot lo cors s'en es lonhans . Tel se montre ravi et vantard,  Be serai fols s'eu no pren  Per c'a dreih que.m ochaizo. Et estreigna vas me  m'a détruit et tué  beauté est si parfaite  Can be m'o cossire,  C'adoutz me vostra preizo. E doncs per que m'esmai, Gran ben e gran onor  E tot cant es meillura  On le dit d’humble lignage. Qu'en tal loc me fai entendre  Puisse Dieu accorder, à Mon Escuder et à moi-même  Elle est si fraîche, si belle, si sereine, Souvent je pleure tellement que mon corps, Je m'étonne comment je peux supporter si longtemps, Messager va et qu'elle ne m'en estime pas moins. En fos tot' Espaigna mia  Per qu'eu no vuoill sia mia  et j'en éprouve un tel chagrin  mais je veux mourir de dépit  je m'octroie et me recommande à vous. Per nom que per drudaria  Mor d'enoi e de pezansa  S'eu n'ai aize ni lezer  Qu'ill no sap per que s'esdeve  A genolhos et en pes,  Del mon tota.ill seignoria  Es de leis privatz et aizitz,  Et el la bela razo, Garsio ara.m chantat  Orgolh e folatge  Qui be la saubes tener  Bernard de Ventadour, troubadour du XII e siècle. Rich' e de gran lignatge  Vei que.ill dous' aura venta  Au contraire, plus heureux que jamais ! Difficilement entendrez-vous un chanteur  Qui égale tout ce que la mer renferme et retourne. Per un pauc no.n mor desse  car je ne veux ni cousin ni parent  à l'instant où je m'y essaie. Amour m'a rejeté avec mépris  Puisque pour vous je me rendrai à la cour,  Gent estera que chantes,  il n'existe pas dans le monde que mon cœur  Mais a leis non estara gen, E doncs ela cal tort m'i fai  et comprendre mes paroles. mais une chose me console  Ja mais blandir ni temer, No.us quer c'adoncs vos perdria  S'es vers aco que.ill dizia   Eu li juraria  D'aquestz dos mals lo menor  les chansons de Bernartz (I) : textes et traduction de Léon BILLET. que tel qui affirme que je me trouve ici  Avec l'amour il me faudra contester  elle connaît les écrits et les comprend  Vers es c'ades lo li dirai  Car no parria, ames  Entro qu'eu torn de sai. aux augures ni à la chance  Chansonnette va-t'en maintenant  de me faire un bien quelconque  C'amdui n'anem truan, E qu'el en men ab se