Beaucoup dans le questionnaire me disent : « malouin d’abord, breton ensuite, français s’il en reste ». Message cité 1 fois Message édité par bzhyoyo le 11-02-2020 à 14:24:35 Malouin d'abord! --Delio 27 juillet 2008 à 11:37 (CEST) Je confirme, tu n'as pas été leurré c'est bien la devise. "Malouin d’abord, Breton ensuite et… Français s’il en reste", telle aurait pu être la devise de Cassandre. Gilles Foucqueron, médecin de 52 ans, écrit aussi sur Saint-Malo. Cette indépendance durera jusqu'en 1594. Ai-je été leurré ou bien un Malouin pourrait-il confirmer ou infirmer? Une chanson de Georges Brassens qui, s’il en est, n’est pas des moindres « impertinents », « la Ballade des gens qui sont nés quelque part », corrobore toutes ces allégations d’une réputation non usurpée de la suffisance d’une certaine République malouine : « Malouin d’abord, Breton ensuite... et Français s’il en reste » C'est probablement à cette République que l'on doit les devises officieuses de la ville, « Ni français, ni breton, malouin suis. Je me suis laissé dire que la devise "moderne" de Saint Malo serait "Français, peut-être, Breton, sûrement, Malouin d'abord!" » et la plus répandue, selon les guides touristiques modernes, « Malouin d'abord, Breton ensuite... et Français s'il en reste [1] ». ", dit la devise non officielle, ou encore "Malouin d'abord, Breton après, Français s'il en reste", simplifiée par Chateaubriand pour donnée la forme la plus connue aujourd’hui : « Ni français, ni breton, malouin Ils se revendiquent Bretons mais d’abord Malouins. Cette indépendance durera jusqu'en 1594. » et la plus répandue, selon les guides touristiques modernes, « Malouin d'abord, Breton ensuite... et Français s'il en reste ». «Ni français ni breton, malouin suis» Il se dit originaire du Sillon depuis dix-neuf générations. », et la plus répandue, selon les guides touristiques modernes, « Malouin d'abord, Breton ensuite... et Français s'il en reste [1] ». " Ni Français, ni Breton, Malouin suis "Plus communément connue ainsi:" Malouin d'abord, Breton ensuite... et Français s'il en reste "Mais non, je ne suis pas chauvine !! C'est probablement à cette République que l'on doit les devises officieuses de la ville, « Ni Français, ni Breton, Malouin suis. « Le Malouin est fier. Une chanson de Georges Brassens qui, s’il en est, n’est pas des moindres « impertinents », « la Ballade des gens qui sont nés quelque part », corrobore toutes ces allégations d’une réputation non usurpée de la suffisance d’une certaine République malouine :« Malouin d’abord, Breton ensuite... et Français s’il en reste » Toujours fidèle à l’écriture, son encre anthracite est composée de trois principes alchimiques : l’ésotérisme, le giallo et le heavy metal. C'est probablement à cette République que l'on doit les devises officieuses de la ville, « Ni Français, ni Breton, Malouin suis. Sinon, St Malo est, comme chacun sait : "Malouin d'abord, Breton ensuite... et Français s'il en reste."